Message
  • Le texte ci-dessous est une information pour aider à la résolution d'un problème avec le module BGMAX.
    Pour ne plus l'afficher, dans la configuration du module, mettre le paramètre 'Débug' = Non
    #OK# BGMAX - Erno - BgMax:
    Same day 00:00 <= 20:43 <= 23:59
    Context:com_content+menuid=479+view=category+layout=blog+id=82
  • Image (abs): /home/intrapac/www/dissonances/images/bgmax/bg_erno.jpg
  • ----------------------------
  • head => <script type="text/javascript" src="http://www.intrapac.be/dissonances/modules/mod_bgmax/bgMax.min.js"></script><style type="text/css">body {background-color:#CFCFCF !important;}</style>
  • body => <script type="text/javascript">bgMax.init("http://www.intrapac.be/dissonances/images/bgmax/bg_erno.jpg", {position:"fixed",fadeAfter:0,fadeOptions:{duration:300,frameRate:30}});</script>

Erno Actualité

Libre printemps !

LE BATEAU IVRE

Je serai à Bruxelles à L'ISELP ce 19 mars pour lire LE BATEAU IVRE en sculpture sonore avec mon camarade Stephan Ink. Avec mon piano et mes sons bidouillés et lui avec son ordi et ses créations déstructurées. Mais nous serons sobres pour le Bateau Ivre. Dès 19h00...

LA BRUME HUBERT

Ce n'est pas tous les jours que je suis publié sur le site d'un artiste illustre dont j'estime l'oeuvre et le travail. La famille Grooteclaes qui était venue le 19 janvier au musée Curtius pour entre autre écouter un inconnu qui chante du Leo Ferré, m'a flanqué d'une belle accolade à ma sortie de scène et m'a proposé de publier sur le site d'Hubert Grooteclaes le texte sur leur papa que j'avais écrit et lu à l'occasion. C'est une manière de slam, un poème à dire mais qui peut être lu. Clic.

Enzymes vous salue

Amis, bienvenus dans le monde d'Enzymes, le projet au travers duquel désormais vont se décliner toutes mes activités artistique. Musique, video, sculpture de sons, de pixels et de mots, bienvenue dans la poétique eRno. La mécanique poétique n'institue rien mais elle transforme tout. Bientôt des news, un site et un peu de matos pour montrer que ce n'est pas que du bagou. Vive Enzymes et zim zam zoum !

@ CHARLIE

Triste et colère, je suis blessé sans être à terre. J'adresse un arobase affectueux à mes camarades de Charlie qui m'ont éclairé de "faut pas mollir" depuis que je suis un jeune boutonneux. J'adresse un arobase tendre à ceux qui ont morflé dans ce triste foutoir. Je suis Hututsie, Grolandais, athée, chômeur, musulmandingue et plein d'autres adjectifs mouvants comme la mer, mais je ne souhaite plus être complice de ceux qui creusent et buldozent le fleuve inégalitaire et recourent à la violence programmée pour asseoir leur pouvoir et leurs morpions. Aussi, je suis ravi de noter que les mandataires publics d'Europe, qui semblent avoir de la suite dans les idées, sont soucieux de liberté et d'égalité, qu'ils vont procéder à des investissements massifs dans la culture, dans les logements et dans les soins de santé, dans les quartiers afin que chaque citoyen, d'où qu'il vienne, trouve sa place et s'épanouisse. Tout cela semble être leurs voeux les plus chers si bien que cela risque de se produire sous peu cependant que joviaux, nous pourrons voir grandir la lutte contre la criminalité financière, contre les multinationales de l'engraissement alimentaire et les fabricants d'armes, nous pourrons applaudir la disparition des guerres et le foisonnement de déclarations d'indépendance douce, la fin des déportations de populations. Exit la peste, le choléra, la faim. Il ne restera plus que de vrais bons conflits humains relatifs à la mauvaise humeur passagère, à l'adultère, à des batailles vaines de goût et à des tensions de valeurs éphémères mais qui nous promettront de bonnes tranches de poilade et de mélancolie... Il faut bien rire un peu. Oui citoyen, ceci est une petite incise caricaturale, démago et ironique pour nous rappeler que nous sommes complices d'avoir déserté l'espace public et qu'il reste long le chemin d'une humanité qui porte son nom.

 

Même pas mort

Voici ma pensée menue pour mon ami Jaurès qui pour ses cent prunes a une de ces bananes ! 

Jaurès - Jacques Brel

eRno: piano - avec la merveilleuse complicité de homerecords - bientôt un album erno en solo piano (La Mécanique Poétique - © homerecords.be fin 2014)...

 

Mon salop

Mon ami, mon frère, mon Rital, je t’ai rencontré à treize ans et ce fut radical. Je suis enfant de tes colonnes et de tes croquis. Noble grincheux, tendre garnement, vieil ours du maquis, merveilleux musicien de la plume d’oie sauvage, tu m’as donné le goût des fièvres et des abeilles dans les abîmes du langage. Je suis l’abonné de Zero, Hara Kiri, Bertha, Charlie. Et puis l’hebdo où j’ai eu la chance de te croiser un beau jeudi de magnésium à Turbigo. Mon salop, mon jeune voyou, j’ai bu la grammaire de ta tonitruante et douce férocité humaine. Tu m’as pris par la main, par l’oreille, tu m’as mis le pied au cul avec une élégance dans le geste qui laisse admiratif.  Tu m’as, tu t’ai, tu nous a bien poilés dans le gras de l’humour sans frontières et dans la dentelle la plus fine et folle, où l’esprit vagabonde et ne retombe jamais. Villon, Gébé, Reiser et Bernier t’attendent avec les pétards et les bons nectars pour chanter ta circonstance. Ça va péter dans les marais filous et dans les encres sépia.  Même Siné pleure avec Satchmo. Et j’entends le frétillement des brindilles blanches et insoumises au pays des moustaches éternelles où tu as fait école. Homme libre, homme qui danse, mon bon François, je te salue avec larme et menthol.
e

Belem

Deux musiciens et une porte qui s'ouvre et qui se ferme comme les voiles d'un trois mâts.

Avec Didier Laloy, Kathy Adam et une équipe du tonnerre, je suis allé filmer la vie des saltimbanques comme elle va. A zeebruge, à Liège, A la campagne, sur des containers ou chez des gens. le résultat est

ce clip charmant coproduit par Dissonances à regarder jusqu'à 4'58 

 

Informations supplémentaires