Message
  • Le texte ci-dessous est une information pour aider à la résolution d'un problème avec le module BGMAX.
    Pour ne plus l'afficher, dans la configuration du module, mettre le paramètre 'Débug' = Non
    #OK# BGMAX - Accueil - BgMax:
    Same day 00:00 <= 18:26 <= 23:59
    Context:com_content+menuid=464+view=article+artid=159+catid=80
  • Image (abs): /home/intrapac/www/dissonances/images/bgmax/bg_accueil.jpg
  • ----------------------------
  • head => <script type="text/javascript" src="http://www.intrapac.be/dissonances/modules/mod_bgmax/bgMax.min.js"></script><style type="text/css">body {background-color:#CFCFCF !important;}</style>
  • body => <script type="text/javascript">bgMax.init("http://www.intrapac.be/dissonances/images/bgmax/bg_accueil.jpg", {position:"fixed",fadeAfter:0,fadeOptions:{duration:500,frameRate:30}});</script>

NOUVEL AN DISSONANT ET TREBUCHANT - II

 

ATTENTION, LES INSCRIPTIONS SONT CLÔTURÉES !

Mais n'hésitez pas à nous rejoindre dès 23h pour la java funky...

 

On remet le couvert...

Oyez oyez, gens de toutes tranchées, on est bientôt en 14 !

Une fête épique épicurienne se profile à n'en pas douter pour conjurer la famine et la disette !

Gastronomie nomade - victuailles naturelles et locales

Promenade des menus et tarifs ici-bas !

 

Deux formules s'offrent à vous :

Dès 19H30

Apéro, repas et soirée - 40 euros (adultes) 15 euros (enfants de moins de 16 ans) - ces prix s'entendent hors boissons.
Les réservations pour cette formule intégrale sont obligatoires, par virement bancaire et confimation par courriel :

IBAN : BE86 0682 3697 3350 avec la communication «nouvel an» - nom+prénom - nombre de repas adultes et nombre de repas enfants.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Dès 23h00

Soirée avec DJ Bérénice alias LADY FUNK - 10 euros - Même avec Parkison, tu te trémousseras !

 

MENU

Amis, les ingrédients à boire et à manger sont issus prioritairement de filières  courtes, de produits de saison, de produits biologiques ou du commerce équitable. Aussi, nous vous donnons lecture de ce que nous mangeons, car c’est meilleur à dire lorsqu’il y a bon :

La version Kurth (commémoration 14-18)

Apéritif

Cuirassé croquant de figue caprine

Débarquement de coquillettes aux couleurs de la Botte

Canard largué, banane-canon, tir de noisettes

Régiments de légumes en permission (baignades encouragées)

Entrée

Velouté enchanté des tranchées

Plat

Couvre-feu, tous aux abris : le poulet, les fruits, les légumes et le riz !

Desserts

Dormeur du Val Saint-Lambert (repos glacé du guerrier)

Blitzkrieg au chocolat

La version Grand reporter bucolique

Il y a tout d’abord, dès les premières bougies de l’agape, aux premiers sursauts des goulots, le bruit libérateur des bouchons à faire péter les bulles.  Les décoctions libèrent leurs précieux venins. Un Cava nova galant précède les jus dionysiaques, les eaux perlées, les sodas, les nectars de houblon et les jus de vitamines. Toutes ces bonnes choses donnent un ton lascif et pourtant vif aux heures à venir.  Les mauvaises tronches trébuchent dans les tranchées de la grande guerre à venir. La fête est une trêve à un monde qui gronde.

Mises en bouche & saveur in verrines veritas

Sous sa robe généreuse en lard fumé des Ardennes liégeoises, la figue des Baronnies se baigne ingénue dans le chèvre moelleux des pâturages. Un filet de miel de fleurs d’été butinées par le maquis des abeilles de l’Amblève amorce une déglutition qui met tout le monde d’accord. L’agape sera voluptueuse...

Au même moment, les filles de Carotène dans leurs longues guibolles oranges craquent sous les dents blanchies par un vinaigre de Jaurès qui a tout l’air du monde. Elle sont secondées par un chouchou fleur chelou dans son charroi fauché, car il a voulu rester à l’écart des bataillons industrieux.  Pour le consoler, une crème de Yaourt des bocages de Herve avec sa ciboulette canon lui font un massage de sel et de poivre. Se faufilent à l’envi d’élégants witloofs qui croustillent dans un pistou much rouge et pimenté donc, sans pour autant interrompre la rébellion de la caserne Fonck.

La salade de l’inspecteur magret frise à Saint-Pholien dans son jus insoumis. Elle est servie en marmelade de bananes discrètes mais très coopératives. Des aromates du jardin de la rive gauche, impies et non brevetées, enrôlent des noisettes pour une harmonie qui fanfaronne. Fouchtra, cette verrine est bigrement friponne.

Appâtées par ce potin, des coquillettes de pâtes de blé bien dur et dru comme il faut chantent en verrines pour les tomates charnelles et séchées au soleil de la serre à Léonie, car le soleil appartient à tout le monde.  Malepeste crie le Pesto dans son basilique de Rome sur Sclessin, ce ne sont pas des Siciliennes !  Ne sois donc pas futile, petit sot, médisant ! Sais-tu qu’en chaque Liégeoise sommeille une Italienne ? Ainsi lui répondit le croquant Parmesan.

Consommé en volutes

Le velouté de topinambours nous fait joie de narguer le protocole bourgeois qui veut que l’on mange rare et onéreux sous les bougeoirs. La triple entente de cette astéracée, cette truffe de corrotte, acoquinée avec un miel d’acacias et qui n’est pas de bois, sous l’oeil salace du curry du village qui n’est pas de Kinkempois, affole nos palais qui ne sont pas de glace mais qui sauront conter par imagination qu’avec des tubercules on élève un palace. La preuve est faîte peu chère, par une lichette de crème légère. Helmut, c’est la vraie guerre ! La guerre déhanchée !

Volaille au potager

La cuisine est nomade, alors nous irons faire médina sur le Thier, au pied du beau terril recyclé converti en vaillant potager. A moins que ce ne soit un plat des îles de la mer Egée d’Outremeuse. Nul ne sait. Les légumes et les fruits invités dans ce jus mosan, confits de guérinades et de coriandre du quartier nord, imbibent la volaille, le poulet de bon air qui a fort bien couru et qui a préféré l’aria des vents du nord à la batterie qui joue un air conditionné. Tout ce bouillon finaud fera escale au riz, si bien qu’en calories, ce plat parcimonieux chante moins le gras qu’il enchante la Grèce. Il siffle mon colon moi je préfère un bon jus en dentelles aux EPO et OGM des néocolonels. Sur ce guéret joli, les olives et les amandes grillées au feu de tout bois confèrent au tableau un argument probant pour un humanisme hédoniste généralisé, en pied de nez à la mouscaille cotée en bouse qu'à l’ordinaire on nous donne à brouter.

Douceurs et chocolats

Ici jamais on ne spécule, on ose, c’est là notre pari. La glace au Spéculoos et à la vanille de Bra prouve que sous la spatule, on peut réunir la crème des tropiques et la baratte d’Arduinna. La recette est secrète et provient d’une généreuse Fanfy fair lady.

On ne peut bien finir sans fondre sous le beurre d’un chocolat noiraud mais léger pour cette heure. Les bouchées moelleuses font honneur au festin. La fête bat son plein sans plaindre ses convives qui se poilent gaiement à l’idée qu’ils danseront jusqu’à l’aube sous le firmament.

Minuit sonne

Et revoilà les bulles amies, les perles aimantes, à minuit sous le guis, dans le fluide funky...

Les breuvages:

blancs

Le Sablou - Vin de Bergerac - cépages Sauvignon et Sémillon

Les Lauzes - Vin du Pays d’Oc - cépage Chardonnay du Pays d’Oc

Rouge

Le Piana Del Sole - Appelation Salento -  Région des Pouilles - Italie - Cépage Primitivo

Pétillant

Mas Pere - Réserva - Appelation Cava - Espagne...

 

Tarifs

Bière, soft                 1,5 euros

Vin au verre              2,5 euros

Bières spéciales         2,5 euros

Rhum, Whisky, Peket    4 euros

Vins à la bouteille       12 euros

Pétillant à la bouteille 15 euros

 

 

 

 

Informations supplémentaires