Message
  • Le texte ci-dessous est une information pour aider à la résolution d'un problème avec le module BGMAX.
    Pour ne plus l'afficher, dans la configuration du module, mettre le paramètre 'Débug' = Non
    #OK# BGMAX - Erno - BgMax:
    Same day 00:00 <= 00:57 <= 23:59
    Context:com_content+menuid=483+view=article+artid=155+catid=89
  • Image (abs): /home/intrapac/www/dissonances/images/bgmax/bg_erno.jpg
  • ----------------------------
  • head => <script type="text/javascript" src="http://www.intrapac.be/dissonances/modules/mod_bgmax/bgMax.min.js"></script><style type="text/css">body {background-color:#CFCFCF !important;}</style>
  • body => <script type="text/javascript">bgMax.init("http://www.intrapac.be/dissonances/images/bgmax/bg_erno.jpg", {position:"fixed",fadeAfter:0,fadeOptions:{duration:300,frameRate:30}});</script>
  • Le texte ci-dessous est une information pour aider à la résolution d'un problème avec le module BGMAX.
    Pour ne plus l'afficher, dans la configuration du module, mettre le paramètre 'Débug' = Non
    #OK# BGMAX - Isamar - BgMax:
    Same day 00:00 <= 00:57 <= 23:59
    Context:com_content+menuid=483+view=article+artid=155+catid=89
  • Image (abs): /home/intrapac/www/dissonances/images/bgmax/isa_bg.jpg
  • ----------------------------
  • head => <script type="text/javascript" src="http://www.intrapac.be/dissonances/modules/mod_bgmax/bgMax.min.js"></script><style type="text/css">body {background-color:#CFCFCF !important;}</style>
  • body => <script type="text/javascript">bgMax.init("http://www.intrapac.be/dissonances/images/bgmax/isa_bg.jpg", {position:"fixed",fadeAfter:0,fadeOptions:{duration:500,frameRate:30}});</script>

Folklore carolo

C'est de notoriété publique, quand il s'agit d'appâter le touriste, les territorialités rivalisent d'imagination, surtout quand elles ne sont pas réputées pour leur attractivité. Mais le collège communal de Charleroi vient de franchir un record qui promet de faire des émules tant l'idée est subtile.
"Dès le 15 septembre prochain, la mendicité fera l'objet d'une répartition géographique : elle sera autorisée de 8 à 18 heures le lundi à Charleroi, le mardi à Gilly et Marcinelle, le mercredi à Marchienne-au-Pont et Monceau-sur-Sambre, le jeudi à Montignies-sur-Sambre et Mont-sur-Marchienne, le vendredi à Gosselies et Jumet, le samedi à Couillet. La mendicité ne sera pas autorisée le dimanche" – lit-on dans Le Soir de ce jour.
Vivement que l'Office du tourisme de la région édite une brochure avec toutes les informations utiles, en particulier les heures d'ouverture et de fermeture de la Mendicité, comme pour les marchés et les musées.
Vivement le 15 septembre, que les heureux employés de l'office carolorégien du tourisme puissent articuler (d'abord, en consultant prudemment la brochure ; ensuite, de mémoire et avec désinvolture) :
- Non, les Mendiants ne sont pas ici le samedi, ils sont à Couillet, de 8 à 18 heures. Si vous voulez les voir, vous feriez bien de vous dépêcher car demain, c'est dimanche, leur jour de congé et vous serez condamnés à attendre lundi....


Nul doute que les fiers fonctionnaires ajouteront à cette nouvelle compétence, au fil du temps, quelque supplément ne figurant pas dans la brochure ; de précieux tuyaux issus de leur propre expérience, de témoignages, de sondages et d'enquêtes que le collège communal ne manquera pas de commanditer (ainsi que toute municipalité qui a de la suite dans les idées le fait, pour vérifier le succès de sa nouvelle attraction) : les rues les plus fréquentées par les Mendiants, les commerces devant lesquels ils ont tendance à se regrouper, les heures creuses lors desquelles ils sont moins présents ; bref, de précieuses informations qui éviteront au touriste bien renseigné les aléas de sa condition, dont ces files où il dilapide son précieux temps en subissant l'intempestive promiscuité de ses congénères.
Quand on sait la difficulté que c'est de se faire immortaliser devant la Fontaine de Trevi sans y barboter parmi un banc de Japonais, on comprend tout l'intérêt de ces tuyaux informels. Et impossible d'avoir son pigeon, place Saint-Marc ! On est trois, quatre, cinq parfois sur le même volatile, à lui jeter les mêmes graines puisées dans les mêmes sachets achetés aux mêmes petits malins. Oooh, mais, j'y pense...
La voilà, l'accroche ; le voici, le slogan : Vivez une expérience inoubliable, venez à Charleroi nourrir les Mendiants !
Mazette, la ville pourrait même se faire de l'argent en monopolisant la vente des graines. Et... comme les mendiants sont des gens, on peut voir plus grand qu'avec les pigeons : on peut proposer plusieurs gammes de produits, pratiquer divers tarifs selon, par exemple, la richesse en protéines des mets qui seront gracieusement jetés aux Mendiants. Quelle trouvaille ! Charleroi, la place Saint-Marc du Hainaut.
Mais d'où vient cette prodigieuse idée de transformer la mendicité en marché itinérant, en foire, en cirque ambulant ? Du conseil communal, oui, c'est précisé plus haut - car il faut ici plus que jamais rendre à César ce qui lui appartient - , mais elle vient de plus loin, elle vient du fait que "la mendicité continue de générer un sentiment d'insécurité auprès de la population en perturbant le déroulement de manifestations publiques privées ou commerciales".
Comment s'étonner, en effet, que les gens qui font leurs courses, ceux qui ont de l'argent, ressentent de l'insécurité quand ils croisent des gens qui n'en ont pas et les supplient de leur en donner : cette déplorable vision leur rappelle qu'ils vivent dans une société où n'importe qui peut crever devant une vitrine éclairée. Il y a de quoi être terrifié !
Aussi, en soumettant la faim aux horaires de bureau, en transformant l'extrême pauvreté en cirque ambulant, en la disciplinant, le collège communal de Charleroi fait - magistralement - d'une pierre, deux coups.
D'une part, il rassure ses administrés car ces derniers savent désormais, de source sûre, où ils seront si d'aventure ils n'ont plus rien, et quand ils y seront : de 8h à 18h, le lundi à Charleroi, le mardi à Gilly et Marcinelle, le mercredi à Marchienne-au-Pont et Monceau-sur-Sambre, le jeudi à Montignies-sur-Sambre et Mont-sur-Marchienne, le vendredi à Gosselies et Jumet, le samedi à Couillet, nulle part le dimanche - jour du seigneur, comme chacun sait - et au poste de police pour une arrestation administrative, au cas où ils se sont trompés de jour, donc de lieu (j'y pense, il faut aussi éditer une  brochure pour les Mendiants : il faut qu'ils sachent où ils doivent être et quand pour ne pas décevoir les touristes, déplacés en vain).
D'autre part, ainsi qu'il a été démontré plus haut, Charleroi enrichit son patrimoine folklorique en se dotant d'une nouvelle attraction touristique dont on n'a pas fini de parler au Japon.

Isamar - 28/05/13

 

Informations supplémentaires