Message
  • Le texte ci-dessous est une information pour aider à la résolution d'un problème avec le module BGMAX.
    Pour ne plus l'afficher, dans la configuration du module, mettre le paramètre 'Débug' = Non
    #OK# BGMAX - Paul - BgMax:
    Same day 00:00 <= 18:19 <= 23:59
    Context:com_content+menuid=508+view=article+artid=103+catid=88
  • Image (abs): /home/intrapac/www/dissonances/images/bgmax/mahoux_bg.jpg
  • ----------------------------
  • head => <script type="text/javascript" src="http://www.intrapac.be/dissonances/modules/mod_bgmax/bgMax.min.js"></script><style type="text/css">body {background-color:#CFCFCF !important;}</style>
  • body => <script type="text/javascript">bgMax.init("http://www.intrapac.be/dissonances/images/bgmax/mahoux_bg.jpg", {position:"fixed",fadeAfter:0,fadeOptions:{duration:500,frameRate:30}});</script>

Tombouctou

 

L’interrogation en perpétuel mouvement situe le spectateur au-delà de la fracture idéologique qu’imposent certains militantismes. En cela, cette œuvre est d’une modernité inespérée : les aberrations de notre monde s’y dénoncent d’elles-mêmes, et si l’artiste ne se permet pas de les ignorer, il revendique pour son travail, la nécessité d’aller plus loin, de creuser l’existence elle-même, tourbillon au centre duquel trône la fragilité. Des septante-deux toiles qui composent « Tombouctou », trente sont consacrées à la peau, quarante et une à la chair, et une seule au crâne. Si mon regard parcourt en long et en large les multiples questions qui forment le cadre extérieur, s’il peine à se détacher des visages fantomatiques, c’est pour sombrer à tout moment dans les orbites vides. La peinture fait de moi un Saint Jérôme en proie au vertige de la vie.

Pascal Leclercq, Sur la peinture de Paul Mahoux, in Flux-news, octobre 2006.

Informations supplémentaires